Piliers de la rhétorique 3/3 – C\’est quoi l\’Ethos ?

Piliers de la rhétorique 3/3 – C\’est quoi l\’Ethos ?

Dans Rhétorique, Aristote constitue un ouvrage majeur sur l’art de convaincre, sans doute même l’un des plus importants.

Il insiste notamment sur l’idée que la persuasion s’appuie sur l’emploi de preuves qui sont de trois types : 

Maitriser ces 3 types de preuve, c’est s’assurer de pouvoir toucher n’importe quel auditoire.

Il est donc essentiel de bien les comprendre et d’apprendre à les utiliser.

L\’Ethos, c\’est quoi ?

Le mot Ethos vient du grec ancien qui signifie « coutume, usage » et, par extension, « manière d’être d’une personne, caractère ».

L’ethos est la propension que va avoir l’orateur à attirer la sympathie, à inspirer confiance.

On cherche à acquérir la confiance et la sympathie de l’auditoire envers sa propre personne pour les acquérir envers son discours.

Le but de l’ethos est d’établir la crédibilité de l’auteur.

Comment déployer l\’Ethos ?

L’ethos fait appel à la fois au fond et à la forme.

La forme, d’abord, doit assoir la personnalité de l’orateur.

La façon dont il parle et dont il bouge doit révéler son assurance dans ce qu’il énonce.

Souriez vous êtes écouté !

Selon une étude de l’Université de Rice, dans le Texas, le sourire encourage la confiance et l’échange.

Selon une autre étude, regarder un visage souriant permet de sécréter des endorphines, les « hormones du bonheur ».

En clair si vous souriez, l’auditeur aura tendance à assimiler votre discours à une sensation de bonheur.

Si votre discours s’y prête, ayez donc toujours le réflexe de sourire !

\"Sourire

Le fond ensuite doit s’attacher aux 3 éléments dont Aristote estime qu’ils crédibilisent l’orateur :

  • Le bon sens
  • La vertu
  • La bienveillance

En clair, mettez en avant l’intelligence de vos propos, leur valeur morale, et soyez attaché à vous adresser de la bonne manière au public.

Sur ce dernier point, il ne s’agit pas juste de ne pas l’insulter.

On veut aussi s’assurer qu’il soit à l’écoute, qu’il comprenne le discours et qu’il ne soit pas touché négativement par le discours.

Enfin, le recours à l’humour est une bonne façon de s’attirer la sympathie et donc la confiance de l’auditoire.

Pas la peine de forcément chercher à faire rire, un simple bon mot pour obtenir un sourire est souvent suffisant.

La cohérence au service de l\’Ethos

La cohérence est au cœur de l’ethos.

Sur la forme, on sera crédible si elle est cohérente avec le fond du discours. Si l’on évoque sa tristesse avec un grand sourire ou si l’on se dit calme alors que notre ton montre clairement notre colère, la forme n’est pas en cohérence avec le fond et l’on perd en crédibilité.

Sur le fond aussi, votre discours doit rester cohérent. Pour cela il faut s’attacher à plusieurs éléments :

  • Ne pas se contredire : on reste constant dans ses propos et dans sa logique
  • Ne pas nier les faits : lorsque des faits sont établis, il ne sert à rien d\’aller contre eux, de mentir. On peut arranger, enrober la vérité, mais pas aller contre elle.

Avant d’en arriver à la conclusion de ce triptyque sur les piliers de la rhétorique, sachez que vous pouvez nous contacter si vous avez des questions sur ce sujet en laissant un commentaire. 

Et pour aller plus loin, n’hésitez pas prendre rendez-vous pour un diagnostic gratuit ! Les 3 piliers ne sont qu’une partie de tous les éléments à prendre en compte lors d’une prise de parole et nous sommes là pour vous accompagner dans ce beau travail !


Prendre rendez-vous pour un diagnostic gratuit

Les piliers de la rhétorique – Conclusion

Logos, Pathos et Ethos sont les 3 piliers de la rhétorique sur le plan de l’argumentation.

Ils sont les éléments indispensables à la mise en œuvre de tout travail de conviction.

Bien sûr, ils ne suffisent pas et l’orateur devra prendre en compte de très nombreux autres aspects dans ses prises de parole.

Mais comprendre les 3 piliers, c’est connaitre les bases de l’argumentation. Tout coureur a besoin de connaitre l’emplacement de la ligne de départ, les 3 piliers constituent la ligne de départ de l’orateur. Il ne peut pas s’en passer mais il doit chercher à aller plus loin.

Il est aussi essentiel d’apprendre à jongler entre ces 3 éléments.

Selon le contexte, l’objectif, la personnalité de l’orateur, on fera un arbitrage différent dans le poids accordé à chaque pilier dans le discours. L’essentiel est que ce choix soit conscient et non pas subi.

Pas d’exercice pratique pour cette fois mais une invitation : exercez-vous tous les jours !

Suivez de grands orateurs, découvrez-en de nouveau, obligez-vous à prendre la parole et surtout, sortez de votre zone de confort pour toujours challenger votre parole !

De bons conseils associés à une pratique régulière, voici la seule clé d’une parole convaincante.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.

Retour en haut